17 mai 2019

▼ Chronique #136 - Le faiseur de rêves (T2) : La muse des cauchemars par Laini Taylor.

▬ LE FAISEUR DE RÊVES (T2) 
La muse des cauchemars

Autrice : Laini Taylor.
Editions : Lumen.
Nombre de pages : 628 pages.
Genre : Fantasy.
Date de sortie : 4 avril 2019
Prix : 16€
Liens utiles :

Résumé : Le rêve comme seul rempart contre la violence du monde
Il est un monde où hommes et femmes naissent avec un don précieux, dont seuls les plus puissants gagnent le droit de se servir en temps utile, mais toujours au nom de l'Empire. À respectivement seize et dix-sept ans, Nova et Kora rêvent du jour tant attendu où des envoyés à la peau bleue viendront enfin les enlever. Alors, seulement, elles pourront accomplir leur véritable destin. 


Très loin de là, à travers l'espace et le temps, dans la mythique Cité oubliée – qu'après tant d'années, Lazlo Lestrange peut désormais contempler de ses yeux –, retentit une explosion qui fait basculer son monde et celui de Sarai. Leur avenir ne tient désormais plus qu'à un fil, celui que manipule par la seule force de son esprit une enfant cruelle et meurtrie. À la fois plus puissant et plus vulnérable que jamais, le jeune homme va devoir choisir : sauver celle qu'il aime ou bien tous les habitants de la ville interdite jusqu'au dernier. 


Sans compter qu'un danger plus grave encore menace... Car l'oiseau blanc qui surveille la citadelle depuis toujours veille, et il est grand temps pour lui de passer enfin à l'action. Dieux, monstres, fantômes, mondes étranges et guerre totale, La Muse des cauchemars clôt avec maestria une série aussi poétique que haletante. Qu'on se le tienne pour dit : l'univers de Laini Taylor n'a pas fini de hanter nos rêves...

9,5/10


Merci aux éditions Lumen pour l'envoi du roman. 

Laini Taylor ne cessera jamais de me surprendre.
Voilà ce que je me suis dis après avoir terminé ma merveilleuse lecture de ce roman, une suite et fin que j'attendais avec impatience depuis maintenant un an. Je n'ai jamais lu de saga aussi poétique et bien écrite, débordant de douceur dans un univers pourtant impitoyable. 

J'ai tellement de choses à dire mais je ne sais pas par où commencer, j'ai fini le livre il y a deux jours et j'avais vraiment envie de poser les mots sur mon ressenti mais sans vraiment y parvenir. Je ne sais pas comment je vais faire pour apporter un peu de clarté à tout ça donc par avance, désolée si ma chronique semble très brouillonne. 
L'année dernière je vous confiais dans ma chronique que je n'avais jamais lu un livre pareil, aujourd'hui encore ça reste encore le cas. Et si je pensais être habituée au style de l'autrice après un premier tome lyrique, je crois bien que je n'arriverais jamais à me faire à la justesse de ses mots, son talent devrais-je dire et par dessus tout sa créativité et merveilleuse ingéniosité. Le Faiseur de rêves c'est le genre de saga pour laquelle on ne peut pas être indifférent, c'est un ovnis dans le genre non pas pour sa singularité mais pour son univers dicté par une plume aérienne. Bref, vous l'aurez compris : je suis charmée et quasi amoureuse. 

Trèèèèès loin d'être déçue de ce tome deux, il n'a cependant pas la même force du tome un puisque je connais désormais Laini Taylor et me suis (presque) remise de son don pour l'écriture. Certains naissent avec l'aptitude de savoir bouger les doigts de pieds un par un (merci maman, merci papa) d'autres sont nés pour écrire. 
Souvenez-vous, un an auparavant je finissais le Faiseur de rêves complètement dégoûtée par le cliffhanger, mon coeur en déroute et ma frustration coincée dans la gorge. J'ai mis un peu de temps à prendre mon courage pour lire ce tome deux, craintive que j'étais, mais une fois dedans je me sentais comme un poisson dans l'eau. 

Nous retrouvons donc Lazlo et Sarai face à une situation bien compromettante face à une méchante qui m'a dès le début fascinée : Minya. Mais comme pour le premier tome, nous allons nous plonger dans le passé grâce à des flashback fort bien intéressants. Je vous disais dans ma chronique, l'an passé, que ma partie favorite du roman était lorsque nous suivions Sarai puisque complètement introduite dans l'univers des Dieux, de la magie et mythologie. Là... Je ne pouvais qu'être ravie. Nous en apprenons TELLEMENT plus au cours de ce roman, les informations et révélations n'arrivaient pas d'arriver en masse, telles des vagues qui s'échouaient en moi dans un cataclysme de divulgations qui n'en finissaient pas et c'était GÉNIAL ! Vraiment génial. Je me sentais comme Lazlo dans une bibliothèque, en quête d'un savoir vraiment dense mais passionnant. Il ne se passe pas un chapitre sans qu'on apprenne un fait nouveau qui provoque un déclic sur certains évènements du tome un ou qui ne nous mettent sur une piste pour l'avancée de cette fin. 
Bref, c'était merveilleux d'en apprendre davantage sur les Séraphins, le mésarthium, les Serviteurs et l'origine de tout, à commencer du jour où tout bascula pour Désolation - le fameux jour du Carnage - en allant jusqu'à Lazlo. Bref, ce roman sert à nous donner les réponses tant attendues du tome un et ça fait vraiment du bien. 

Il y a de nouveaux personnages introduits grâce à des flashbacks : deux soeurs qui sont Nova et Kora et si au début on se demande bien qui elles sont et pourquoi on les suit, on le comprend finalement sur la dernière partie du roman. Et c'était TROP GENIAL ! (je sais, je me répète) 
Je ne vous parle même pas de l'évolution des personnages, à commencer par Minya que j'aime d'amour puis de Sarai qui apprend à faire avec sa nouvelle condition. Même Thyon Nero a fini par grandir et devenir un personnage plus acceptable (c'est pour dire). 
En bref, tout m'a plu dans ce deuxième opus et si je n'ai pas mis le fameux 10/10 c'est juste à cause de la fin ouverte qui m'a un peu frustré. J'espère, cependant, que Laini Taylor aura un jour l'occasion et l'envie de se replonger dans Le faiseur de rêves et qu'un jour on aura un nouveau livre dans cet univers.

A qui est-ce que je recommande cette lecture ? Indéniablement les fans de mythologie et fantasy.

ON ADORE : Les personnages (et leurs évolutions) anciens comme nouveaux, les révélations, la plume de l'autrice, l'histoire. 
ON REGRETTE : Une fin qui laisse présager d'autres aventures (et j'aimerais BEAUCOUP pouvoir les lire un jour) 

La bise,
Cam.