13 mai 2018

▼ Chronique #89 - L'horloge de l'apocalypse par Lorris Murail.

▬ L'HORLOGE DE L'APOCALYPSE 

Auteur : Lorris Murail.
Editions : Pocket Jeunesse.
Nombre de pages : 331 pages.
Genres : Littérature engagée/pré-apocalyptique
Date de sortie : 5 avril 2018.
Prix : 15€
Lien utile : Se le procurer sur Amazon

Résumé : Un roman sur l'Amérique d'aujourd'hui, entre critique de Trump et pamphlet contre les climatosceptiques.
En cavale malgré elle, Norma, dix-neuf ans, abandonne tout pour se cacher dans une tiny house au fin fond du désert d'Arizona. À sa charge, Liz, sa nièce de huit ans qu'elle doit protéger. Pour survivre, elle trouve un boulot de serveuse dans le diner du coin. Alors que Norma peine à s'acclimater à sa nouvelle vie et aux habitants agressifs de la région, elle découvre un mystérieux 

canal radio. Elle se met alors à écouter en boucle un certain OT, jeune animateur qui mêle blues, anti-trumpisme et prêches apocalyptiques sur le dérèglement climatique et la fin du monde...

4/10 


Un énorme merci aux éditions Pocket Jeunesse pour l'envoi de ce roman. ♥

Curieuse de connaître ce titre depuis janvier, j'avais vraiment très hâte de le découvrir et de le lire. Il faut dire que le bouquin avait tout pour me plaire ! Je savais qu'il était très actuel et engagé, surtout avec "le règne" de Trump sur les Etats-Unis et j'avais très envie de voir une fiction dans cet Amérique usé et dans les paumes d'un président extrémiste. Un président qui fait aussi peur par la manière dont il règne sur le pays le plus puissant du monde. Loin de moi l'idée de partir un peu en déroute mais j'avoue que c'est un sujet qui m'intéresse énormément. BREF, tout ça pour dire que je partais avec un bon avis sur ce livre. Malheureusement... J'ai vite déchanté en le découvrant. 

Ce qu'il faut savoir et bien garder en tête c'est que ce livre a pour but de dénoncer, de mettre en garde, de secouer. Il est donc très engagé et nombreux sont les discours sur l'écologie et la manière très tremblante dont nous, petits humains, sommes en train de bousiller notre planète. Cette partie du livre m'a plu, je savais que de ce côté-là, l'auteur ne nous épargnerait pas et c'est aussi pour ça que j'attendais cette lecture. C'était intéressant et riche en informations, surtout mélangé avec l'Horloge de l'apocalypse qui est une invention des scientifiques en 1947 et mesure l'approche de la fin du monde en fonction de ce qui se passe dans le monde. Et tout le long du roman - entre chaque chapitres -, nous avons un exemple de comment l'horloge de l'apocalypse fonctionne : plus elle est rapprochée de minuit, plus est proche le risque de voir la fin des temps arriver. Avant, tout était noté en fonction du climat politique et des guerres sur Terre mais depuis peu, on se rend compte que les scientifiques prennent en compte l'indice écologique en compte. Pour information, en janvier 2018 l'horloge de l'apocalypse a été modifié pour annoncer minuit moins deux minutes par les scientifiques surtout et à cause du risque accru de conflit nucléaire (et de Trump). 

BREF, revenons à l'histoire qui était pour moi beaucoup trop plate avec des personnages très... Bizarres. Mais j'y reviendrai un peu plus tard. 
L'histoire avait du potentiel : une jeune adulte qui se retrouve piégée avec sa nièce dans le fin fond de l'Arizona à cause de son délinquant de frère qui part en prison sans lui dire. Pour éviter les ennuis et les ennemis de son frère, Norma part donc avec Liz (sa nièce de huit ans) vivre dans une tiny house où elle décroche un emploi dans un dinner ouvert 24h/24. Pour occuper ses heures de travail, Norma se met à écouter une radio locale appelée Radio 6 avec pour seul animateur Oneway Ticket. De là commence les messages sur la fin du monde, les informations écologique et l'actualité sur tout le sujet. OT est un animateur qui cherche à secouer les habitants reclus de l'Arizona, car ceux-ci sont fermés d'esprits et très conservateurs. Ils sont fiers de rouler dans des voitures au diesel très polluantes et sont racistes, traitant de manière abjectes les personnes de couleur. Assez cliché, je vous l'accorde mais qui, j'en suis persuadée, est très réaliste là-bas. Norma est indignée, intriguée, curieuse et intéressée bien qu'il faut l'avouer c'est plus la voix du messager qui l'intéresse plutôt que le message en lui-même. A part ce côté du coup très intéressant, l'intrigue est complètement plate. Les 50 dernières pages finissent par bouger un peu mais sinon, j'avoue que je n'ai pas été emballée par le récit, trop long pour pas grand chose... On suit les personnages dans leur quotidien avec quelques rares surprises mais ça s'arrête là et c'est bien dommage car le début s'annonçait vraiment prometteur. J'étais persuadée qu'il y aurait quand même plus qu'un message "préventif". J'étais un peu persuadée qu'arriverait minuit et qu'on aurait droit à un côté plus riche en action. 

Et c'est bien dommage que ce n'était pas le cas parce que suivre comme personnage Norma, ce fut VRAIMENT difficile. Au début je la trouvais courageuse et travailleuse et puis... Finalement assez vide et froide. Elle parle de manière abominable à sa nièce de huit ans et est vraiment MECHANTE au quotidien, ça m'a frappé jusqu'à la fin du roman. Alors oui, elle s'occupe de sa nièce Liz mais je l'ai malgré tout trouvé hyper égoïste. Toujours à penser à elle avant tout. Donc, si par là l'auteur voulait nous montrer que la nature humaine n'était pas non plus très jolie, c'est réussi. De même pour Liz, son personnage est complètement irréaliste. Je veux qu'à huit ans on soit un peu mature mais sérieusement... Il y a des limites. Certaines de ses actions sont vraiment limites et pas parce que ce sont des bêtises ou autre mais parce que ce n'est pas ce qu'une gamine aussi jeune ferait. 
On rencontre aussi Kemba, un adolescent noir (je le précise car c'est important dans son histoire et passif) qui pour le coup a su me convaincre. Je l'ai bien aimé et je l'ai même trouvé très touchant sur bien des aspects. C'est le seul protagoniste que j'ai bien aimé. Je ne peux, cependant, pas tellement en rajouter plus sur OT car c'est vrai qu'on ne le voit qu'au travers de ses émissions mais bien que très porté sur la fin du monde, les avertissements, etc. on ne le connait finalement pas tant que ça : on ne sait rien sur lui. 

Petit point aussi sur la fin qui m'a paru un peu euh... Incompréhensible, en fait. Enfin, surtout les deux derniers chapitres, j'avoue que je n'ai absolument rien compris de ce qui se passait. Donc, malheureusement ça m'a encore un peu plus blasée de ma lecture. 

A qui est-ce que je recommande cette lecture ? Ceux aimant les livres engagés et actuels. 

ON ADORE : Le message véhiculé, l'ambiance du roman. 
ON REGRETTE : Des personnages creux et un peu étranges, une fin qui ne m'a pas convaincue et une intrigue plate. 

La bise,
Cam.