20 févr. 2018

▼ Chronique #65 - La couleur du mensonge (T1) par Erin Beaty.

▬ LA COULEUR DU MENSONGE 

Autrice : Erin Beaty. 
Editions : Lumen Editions. 
Nombre de pages : 501 pages. 
Genre : Fantasy YA.
Date de sortie : 22 février 2018. 
Prix : 15€
Lien utileL'acheter sur Amazon

Résumé Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s'en sortir ? Faire un beau mariage. Elle se présente donc chez une des entremetteuses chargées de l'évaluation du potentiel de chaque candidat – des femmes qui font et défont les fortunes d'une famille, d'une région, d'un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, elle échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l'observation, la marieuse fait toutefois d'elle son apprentie. 


Sage s'embarque donc avec un groupe de beaux partis triés sur le carreau dans un périple vers la capitale. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d'élite qui ne tardent pas à réaliser qu'ils sont sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin, qui prépare une invasion, s'est allié avec certains des seigneurs locaux, et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l'un des membres de la troupe recrute alors l'aide de Sage. Mais plus elle avance dans sa mission, plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu... à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle... 

Identités secrètes, machinations politiques et jeu de dupes passionné, La Couleur du mensonge fait monter les enchères jusqu'à un final surprenant. Le talent de conteuse d'Erin Beaty vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page ! 



9,5/10 

Quel livre absolument fascinant et intriguant ! J'ai vraiment adoré ma lecture. Pour être honnête, je SAVAIS que j'allais aimer puisque je connais mes goûts et je fais entièrement confiance à Lumen dans les titres qu'ils choisissent. Du coup aucune déception de mon côté, c'était réellement à la hauteur de mes attentes.

Tout commence dans une contrée de Crescera où nous allons suivre Sage, une jeune femme vivant avec son oncle dans une demeure aisée aux côtés de ses cousins et de sa tante. Différente, elle aspire à une vie d'indépendance où elle pourrait être maîtresse de son destin en gagnant sa vie par elle-même. En effet, Sage rêve de devenir prescriptrice puisqu'elle a toujours aimé enseigner et faire partager son savoir qui est une réelle vocation. Néanmoins, ce n'est pas ce que son oncle souhaite pour elle puisqu'il a été voir dans son dos une entremetteuse - et pas n'importe laquelle. Darnessa Rodelle est une marieuse douée qui est très demandée par tout le Royaume. Aussi quand celle-ci accepte de recevoir Sage, son monde s'écroule. Elle refuse d'être mariée à un inconnu qu'elle n'aura pas choisi elle-même et qui refusera probablement de lui donner ce qu'elle souhaite réellement.
Par égard pour son oncle et sa tante, elle fait néanmoins l'effort de se rendre à cette entrevue. Sans grand étonnement, c'est une catastrophe. Sage n'arrive pas à tempérer ses propos acérés et montre clairement qu'elle n'est pas faite pour être mariée. Au lieu d'être recalée, elle se voit alors proposer un job : devenir l'apprentie de Darnessa qui a grandement besoin de soutien à l'approche du Concordium - une grande enchère des plus beaux partis ayant lieu à la capitale. 

De l'autre côté, nous avons le capitaine Quinn qui tente de repousser l'ennemi à la frontière du sud et s'essaye avec son escadrille de comprendre les plans de leurs ennemis qui ne cessent d'attaquer depuis quelques mois. Pourtant, après un échec durant une mission, son supérieur lui confie le rôle de baby-sitter pour le convoi de la marieuse Darnessa Rodelle qui a besoin d'une escorte pour se rendre à la capitale : Tennegol. Pas franchement heureux d'être puni de cette manière, le capitaine va finalement se rendre compte grâce à son équipe (et surtout son espion Ash) que cette tâche va être beaucoup plus complexe qu'il ne le pensait et que les traîtres sont partout... 

Bon, grosso modo ça c'est le résumé du début mais ça ne présente que les 100 premières pages du roman - sans les détails qui sont PRIMORDIAUX. Car oui, l'autrice a réellement créé un roman absolument incroyable où il faut fair attention à TOUT. C'est ce qui nous permet, d'ailleurs, de comprendre qu'elle éparpille des miettes d'indices à droite et à gauche sur toute l'intrigue. Et si vous saviez... Il vous en attend des choses dans ce bouquin. Secrets, complots politiques, manipulations, je ne pensais vraiment pas me trouver en plein milieu de conspirations et de manoeuvres aussi complexes. Voyez-vous, j'ai un peu retrouvé la même ambiance que dans The Curse de Marie Rutkoski où les apparences sont essentielles à la survie. Là, dans La couleur du mensonge c'est un art qui se doit d'être maitrisé pour récolter des informations et assurer la survie du convoi. 

Parlons un peu de l'univers puisque je pense pouvoir me mouiller un peu sur ce sujet sans trop vous en révéler sur l'histoire. Nous sommes dans un monde créé par l'autrice, nous n'avons ni date, ni d'éléments nous permettant de savoir si c'est sur notre planète ou pas - bien qu'en réalité, on s'en fiche un peu. La carte que nous avons au début du livre aide réellement puisque les personnages voyagent pas mal du début jusqu'à la fin et ça donne un certain repère. Je n'ai pas vu trop de question sur la religion, mis-à-part par rapport à une expression qui met en avant leurs croyances sur une entité supérieure : l'Esprit. 
Pas d'armes à feu, d'éléments steampunks, je dirais que c'est fortement inspiré du moyen-âge : épée, arc et même pour les conditions hygiéniques et la place de la femme dans le mariage. Forcément, nous rencontrons une monarchie qui semble apprécier par son peuple mais qui rencontre une certaine concurrence de la part d'une grande famille qui, jadis, régnait à sa place. 
En bref, un monde imaginé par l'autrice qui a ses propres règles, coutumes et géographie mais qui ne perdront pas ceux habitués au fantasy YA - bien que je ne pense pas que le terme fantasy soit le mieux adapté puisqu'il n'y aucune magie ou créature mythologique dans ce premier tome. 

Ce sont réellement les personnages qui m'ont sidérés. En lisant le résumé, je me doutais de trouver une héroïne avec un tempérament bien trempé mais je ne pensais pas qu'elle serait à ce point courageuse et maîtresse d'elle-même dans des circonstances aussi stressantes. Je rappelle que, de base, ce n'est qu'une simple jeune fille qui habite dans un ville en campagne. Pourtant Sage arrive à porter divers masques et à revêtir des capes qui font d'elle une espionne exceptionnelle. 

Durant la lecture, nous avons plusieurs points de vue : Sage, Ash, parfois le capitaine Quinn et quelques fois Charlie, le petit frère du capitaine. J'ai trouvé que les personnages secondaires avaient une importance capitale et qu'ils étaient soigneusement bien maîtrisés : ils ne font pas qu'office de visages qu'on voit de temps à autre, c'est beaucoup plus complexes que ça. Gros coeur avec les doigts pour Charlie, Clare et bien sûr Cass qui sont des personnages qui ont animés la lecture avec leurs caractères très différents mais qui apportaient toujours une pincée de ce quelque chose en plus
Très honnêtement, je crois que je n'arriverai JAMAIS à vous expliquer clairement à quel point ce livre fait passer par diverses émotions et à quel point on ne s'attend JAMAIS aux révélations qu'on obtient. Quand on pense avoir toutes les cartes en main, Erin Beaty nous fait un coup de poker et nous met tous au tapis en un claquement de doigts. Franchement, c'est magique. C'est le genre de lecture qu'on ne peut pas arrêter lorsqu'on a mis le nez dedans. 

Si vous me suivez sur Twitter, vous avez d'ailleurs pu voir à quel point ma lecture me rendait hystérique. A deux chapitres de la GRANDE révélation, j'ai fini par comprendre et rassembler le puzzle - ce qui, je pense est carrément le but de l'autrice qui ne laisse rien au hasard. J'étais comme une DINGUE. 

Je n'ose pas en dire de trop parce qu'à force d'insister, j'ai peur que vous voyez un peu trop où je veux en venir. La seule chose à retenir c'est que c'est merveilleusement bien écrit, que c'est un coup de poing en plein dans le coeur, que les personnages vous surprendront réellement par leurs complexités et qu'une fois que vous avez le nez dedans, il faut garder en tête que les apparences sont trompeuses et qu'il faut faire attention A TOUS LES DETAILS. Croyez-moi. A la fin du roman, j'ai eu une telle claque que ce n'est qu'en me repassant tous les moments forts que j'ai compris qu'on avait certaines réponses sous les yeux depuis le début, haha. 

A qui est-ce que je recommande cette lecture ? Les fans de complots politiques et des rebondissements qui tiennent en haleine. 

ON ADORE : T-o-u-t
ON REGRETTE : Si VRAIMENT je veux chipoter, je dirais qu'on a droit à une carte ENORME et que ce n'est pas toujours facile de se repérer. D'ailleurs, j'espère vraiment que les suites pourront nous donner accès à toutes ces contrées qu'on n'a pas encore pu visiter. 

Un énorme merci aux éditions Lumen pour l'envoi de cette merveille, vraiment je suis conquise et j'ai déjà hâte de lire le tome 2. 💛

La bise,
Cam.

PS : J'en profite pour vous dire que Lumen a créé un site spécialement dédié à l'univers de ce livre avec des MP, des dessins des personnages, une carte mieux expliquée, etc. Pour vous y rendre, il suffit de cliquer ici et d'écrire "JE NE SUIS PAS CELLE QUE L'ON CROIT" tout en bas de votre écran pour voir les bonus.