7 sept. 2017

▼ Chronique #23 - Une braise sous la cendre par Sabaa Tahir.

▬ UNE BRAISE SOUS LA CENDRE ▬


Auteure : Sabaa Tahir.
Editions : Pocket Jeunesse.
Nombre de pages : 523 pages.
Genres : Dystopie/Drame.
Date de parution : 15 octobre 2015. 
Lien utile : L'acheter en ligne

Résumé : Dans un monde où l'armée a pris le pouvoir, l'obscurantisme domine, mais deux adolescents vont s'unir pour tenter de renverser ceux qui ont imposé ce règne de la force.
"Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l'école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t'écraserai." 

Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.


Ma note : 6/10

ALORS. Avant de commencer ma chronique, sachez que j'entends parler d'Une Braise sous la Cendre depuis DES ANNEES, genre vraiment. Et que en bien. Que en merveilleux. Que en incroyable. Alors, bien sûr. Ca m'a fait rêver, ça m'a donné envie et j'ai vite eu envie de découvrir cette histoire. Oui, mais voilà... A force, j'avais peur d'être déçue. Parce que la majorité des personnes avec qui j'en avais parlé avait eu un coup de coeur pour cette histoire et malheureusement (et vraiment sans trop le faire exprès) j'ai donc mis la haute hyper haute parce que je m'attendais à un truc de MALADE. Du coup, je me disais que si ce genre de livre avait été autant apprécié c'est qu'il y avait vraiment quelque chose de fou, genre un mythe derrière le livre. 
Avant, je fuyais donc ce genre de livre en étant complètement désabusée par ma propre bêtise. Et puis, j'ai rencontré Six of Crows, je l'ai lu, je l'ai même dévoré, j'ai été en extase, j'ai eu THE coup de coeur et je me suis vraiment traitée d'idiote. Parce que Six of Crows faisait partie de la même gamme qu'Une Braise sous la Cendre. Du coup, je me suis dis que si je n'avais pas été déçue pour SoC, je ne le serai pas pour UBSLC. Comment aurais-je pu ? Oui, mais voilà. Je suis trop bête. Et ça, vous voyez, c'est plus fort que moi. 

Donc, avant de me faire jeter des peaux de bananes (bande de vilains malotrus!), laissez-moi m'expliquer sur ce que j'ai réellement pensé de ce livre.

J'ai bien aimé, voyez-vous, c'est ça le pire. C'est que j'ai aimé l'histoire, les personnages et tout cette magie mystérieuse qui planait autour de l'univers. J'ai trouvé, d'ailleurs, le tout très sombre mais ô combien bien mené. D'une plume de maître, Sabaa Tahir a clairement un don pour faire ressentir les émotions les plus intenses face à des situations absolument horribles. Lecteurs sensibles, je vous déconseille cette lecture qui vous fera plus d'une fois trembler de la tête au pied tant la violence est présente et crue. Personnellement, c'est un point de l'histoire qui m'a plu, ça change de voir les personnages principaux malmenés quand beaucoup d'auteurs sont encore accrochés à toujours les épargner d'ordinaire. Avec Sabaa Tahir, on souffre, on boue, on pleure.
J'ai quand même eu du mal avec certains choix qu'elle a fait : l'espèce de trio amoureux présent pour les DEUX personnages principaux qui ne savent pas faire leur choix, c'était un peu trop pour moi. Si bien que j'ai rapidement méprisé Hélène qui m'apparaissait comme un personnage de second ordre et qui ne servait qu'à rajouter du piment dans une histoire d'amour naissante - ou presque.

La Commandante, mon Dieu... Cette femme est incroyable. Dans mon esprit, elle ressemblait à trait pour trait à l'actrice Gwendoline Christie, celle qui joue Brienne de Torth dans Game of Throne, je ne voyais qu'elle au travers des lignes. J'ai adoré, par contre, Elias qui pour moi est THE héros par excellence. Il est têtu, courageux, violent et semble clairement être un simple soldat brutal mais il est TELLEMENT PLUS que ça. Il est compliqué. Et vous voyez, moi j'adoooooore les personnages compliqués.
Laia ne m'a fait ni chaud, ni froid. C'est bien malheureux d'ailleurs. Je l'ai trouvé à l'opposé d'Elias en fait bien qu'elle a un certain courage qui finit par montrer le bout de son nez, elle reste très égoïste sur certains points.

En soit, j'avoue que ce premier tome m'a fait penser à Hunger Games mais seulement dans le fond, à cause des Epreuves (non, je n'en dirai pas plus sur ça, c'est trop douloureux pour moi d'en parler) et que le tout a été mélangé avec une grosse dose d'ambiance digne d'un conte des Milles et une Nuit. J'admets, que sur certains points, ça m'a rapidement fait penser à Rebelle du Désert (l'influence orientale, j'entends).

En soit, c'était une bonne lecture mais j'ai du mal à comprendre tout le bruit que ce livre a fait sur internet (bien que je le respecte entièrement hein, attention 😊 ). J'ai du coup été un peu déçue puisque j'avais mis la barre trop haute alors que je pense que je l'aurais un peu plus apprécié si je ne m'étais déjà pas faite une idée de base sur ce livre.
J'ai lu le tome 2 cet été déjà, et je vous ferai mon petit avis sur cette suite très prochainement ! 

La bise,
Cam.